Testo

À la claire fontaine, m’en allant promener…

Pendu à la plus haute branche
Parmi les fruits du marronnier
On dirait que tu te balances
Je t’aperçois et je perds pied

Même si plus rien n’a d’importance
As-tu au moins trouvé la clé
Qui nous redonne notre enfance
Et nos fous rires d’écolier

Cette nuit, c’est le vent d’automne
Qui te bercera,
Laisse-le à l’abri des hommes
Te bercer près de moi

Il y aura bien sûr un malaise
Comme une brève hésitation
Au moment de placer les chaises
Pour le repas du réveillon
Tu vivras dans tous nos silences
Au hasard des conversations
J’apprivoiserai ton absence
Mais je ne dirai plus ton nom

Cette nuit, c’est le vent d’automne
Qui te bercera
Laisse-le à l’abri des hommes
Te bercer près de moi

Pendu à la plus haute branche
Un jour je te pardonnerai
Dis au Bon Dieu que c’est dimanche
Et qu’il peut venir te chercher…

LASCIA UN COMMENTO

Please enter your comment!
Please enter your name here